Démarche

Concernée par notre ère de la destruction, la menace de la crise climatique et la détresse humaine qui en découle, je crée des sculptures figuratives lesquelles représentent l’humain et la nature dans leurs fragilités et leurs vulnérabilités. Je travaille majoritairement le petit, où je créer des lieux et univers à échelle réduite. Par un jeu d’assemblage et de combinaison, je construis des mondes fictifs, une communauté de figures qui transportent à elle seule ses charges symboliques. Les personnages de mes sculptures deviennent eux-mêmes des lieux de narrations et sont la représentation d’expériences sensibles individuelles ou collectives. 

L’argile est ma matière première et principale. L’aspect haptique et immédiat avec la terre m’autorise un rapport que je considère intime avec la matière. L’argile me rappelle la terre, la fécondité et une certaine matrice. En effet, les personnages et éléments de mes sculptures, s’ils insinuent la vulnérabilité et la précarité, tentent également de suggérer une ouverture, une métamorphose. Si les figures de mes oeuvres sont morcelées ou en détresse, elles sont également survivantes. L’on est face à des entités dans un état intermédiaire, entre désagrégation et résistance. Elles s’efforcent, par leurs résiliences ou leurs contacts avec l’autre, de créer des liens, de s’ouvrir et de guérir. Tentant de créer des mises en scène mouvantes entre destruction et création, je désire représenter une humanité, une nature en souffrance, qui s’effrite, mais pourtant vit.